Profitez de l’expertise de conseillers expérimentés pour maîtriser tous les rouages de la vente et de l’achat immobiliers.

Partout en Belgique, on peut observer une hausse généralisée du prix de l’immobilier. En 2018, le prix d’une maison a augmenté de plus de 5% par rapport à l’année précédente. Toutefois, il existe toujours une grande disparité entre les régions, les biens étant plus abordables en Wallonie que dans les autres régions.

Prix de l’immobilier par région

C’est dans le sud du royaume que l’immobilier reste le plus accessible. On pouvait encore acquérir une maison mitoyenne pour 140000€ en 2018 et 145000€ pour un appartement. Pour une maison individuelle, les prix tournaient autour de 230000€. En même temps et pour les biens de même type, il fallait débourser la somme de 840000€ pour une maison individuelle à Bruxelles et jusqu’à 200000€ pour un appartement. Pour une maison 2/3 façades, les prix étaient estimés à 380000€. Les prix sont également élevés en région flamande même s’ils ne sont pas de même importance que dans la capitale européenne. En Flandre, pour acquérir une maison 4 façade en 2018, l’acheteur devait payer jusqu’à 320000€, 230000€ pour une maison mitoyenne et un peu moins de 190000€ pour un appartement.

Prix de l’immobilier par commune

Les disparités se font également sentir entre les communes. Ixelles, Lasne ou encore Laethem-St-Martin, ces localités proposent les biens les plus chers avec des prix respectifs de 597000, 550000 et 519000€. C’est dans les communes de la Wallonie qu’on retrouve encore des biens en dessous de 100000€. A  Quiévrain, vous pouvez vous offrir votre maison à 91000€. En Hastière, les prix descendent même en dessous de 70000€. Néanmoins, on a pu également observer des biens particulièrement chers dans d’autres provinces comme le Brabant wallon ou le flamand.

Quelles perspectives pour les années à venir ?

Après une chute continue pendant plusieurs années, les prix repartent progressivement à la hausse. En 2018, le prix d’une maison mitoyenne a bondi de 5,3%, celui d’un appartement de 2,5% et celui d’une maison individuelle de 2,9%. On s’attend à ce que cette hausse soit maintenue pour les prochaines années à venir. On espère toutefois qu’elle ne s’aggravera pas.

D’autre part, il est fort possible que le marché de l’immobilier devienne moins accessible à partir de l’année 2020, la raison en est l’augmentation probable du taux directeur de la banque européenne qui devrait se répercuter sur les taux hypothécaires. L’institution européenne avait prévu la hausse pour cette année pour finalement se rétracter. La décision a été repoussé horizon 2020. Après des seuils particulièrement bas et un plancher record enregistré en 2016, il fallait tout de même s’attendre à ce que les taux repartent à la hausse. Pour l’heure, les taux sont encore à un niveau raisonnable et c’est sans doute le moment le plus opportun pour souscrire votre crédit immobilier pour financer votre logement.