Retrouvez nos conseils pour préparer le financement de votre projet immobilier, dossier à compléter, astuces pour convaincre les banques.

Le financement participatif est la forme financière de l’économie collaborative. Il permet à de petits investisseurs de placer de l’argent dans des projets ambitieux. De leur côté, les porteurs de projet peuvent récolter des fonds qu’ils ne peuvent généralement pas obtenir des banques classiques. Actuellement, le financement participatif trouve un nouveau terrain, l’immobilier. Marché encore jeune, où en est-on avec le financement participatif immobilier ?

Quel rendement propose le financement participatif immobilier ?

Le financement participatif ou crowdfunding doit son succès à un rendement particulièrement élevé, à comparer avec d’autres formes de placement. Le financement participatif immobilier propose une rémunération de l’ordre de 9%, un rendement exceptionnel lorsqu’on sait qu’un compte sur livret rapporte tout au plus 1%. Normal donc que ce type d’investissement attire l’attention des épargnants. De plus, il n’est pas nécessaire de placer de grosses sommes, la participation s’élevant à quelques centaines d’€.

Quels sont les risques ?

Avec un haut rendement de 9%, les investisseurs se demandent souvent si les risques sont tout aussi élevés. Bien évidemment, tout investissement comporte des risques. Néanmoins, les organismes de financement participatif promettent une régulation stricte quant aux projets proposés sur leurs plateformes. Parmi les dossiers reçus par une plateforme, moins de 5% obtiennent l’aval pour être présenté aux investisseurs. Chaque projet fait l’objet d’une étude et d’un audit approfondis pour déterminer le sérieux du projet. Les projets qui parviennent sur la plateforme ont été strictement triés à la volée.

Les responsables des plateformes affirment une sécurisation sans faille des investissements et rappellent que depuis l’affaire Terlat en 2017, aucun incident similaire ne s’est plus produit. Dans cette affaire, le groupe Terlat avait lancé un appel à financement via une plateforme de crowdfunding et a récolté plus de 2,8 millions d’€ avant de tomber en redressement judiciaire. Les milliers d’investisseurs qui espéraient un rendement de 10% ont tout simplement perdu leur argent, le groupe ne pouvant plus être redressé ni honorer ses dettes.

Quelles sont les précautions à prendre ?

On préconise aux investisseurs de rester vigilant et de ne se fier qu’à des plateformes de confiance. Comme toute activité en ligne, le financement participatif fait également l’objet de nombreuses tentatives d’escroquerie. Vol de données bancaires, vol d’identité, les manœuvres visent principalement à soustraire des informations permettant d’avoir accès à des données sensibles. Avant d’investir, il est nécessaire de vérifier l’agrément de la plateforme et de bien comprendre les projets. N’investissez pas dans un projet que vous ne maitrisez pas.

D’autre part, afin de limiter les risques, il est également conseillé de diversifier le portefeuille des investisseurs. Il existe d’autres formes de placement, beaucoup moins rentables certes mais davantage plus sécurisés comme le compte épargne ou encore l’assurance-vie avec des rendements corrects.

Actuellement, les plateformes de financement participatif immobilier revendiquent un lien étroit avec le secteur bancaire, preuve d’une activité sérieuse et digne de confiance. Toutefois, jusqu’à présent, les statistiques ont démontré un retard pour environ 10% des projets, justifiant la vigilance nécessaire des investisseurs.